Réussir sa confiture: les conseils de ma maman

réussir sa confiture

Réussir sa confiture: les conseils de ma maman

Pour réussir sa confiture, c’est comme pour le couscous : je prends mon téléphone et j’appelle ma maman pour connaître ses astuces. on sait tous que la confiture, c’est moitié fruit et moitié sucre. Mais ensuite ?

C’est ça qui est marrant avec les conserves, une fois qu’on connaît le procédé, il n’y a pas vraiment besoin de recettes. Et pourtant, les petits gestes qui font la différence sont nombreux.

Voici les règles que ma maman suit à chaque fois. Ma maman c’est la reine des confitures, alors elle a toujours raison.
PS: attention, on parle ici de confiture et pas de marmelade, qui est un peu différentes. Pour toutes les astuces de Réré concernant la marmelade d’orange, c’est ici.

La confiture, avec ou sans pectine?

La pectine est ce qui permet de donner une texture plus ferme à la confiture. Certains fruits en contiennent beaucoup, comme la pomme ou les groseilles. D’autres en contiennent très peu, comme les fraises.

Vous pouvez trouver du sucre déjà enrichi en pectine. Mais dans notre famille, c’est niet.

Le principe : la confiture a la texture des fruits qui sont utilisés, et c’est ça qui est beau. parfois, elle sera brillante et sirupeuse, prenant des airs de bijoux précieux. Parfois elle sera plus ferme et confite.

Le ratio sucre fruits : à l’ancienne, sans dérogation

La confiture, c’est 50 – 50. Un kilo de sucre pour un kilo de fruits et on ne discute pas. oui, il existe des confitures moins sucrées. Elles peuvent même être plutôt bonnes. Mais elles se gardent moins longtemps.

Puis, dans le mot confiture il y a « confit ». Pour confire, il faut donc suffisamment de sucre.

Les confitures moins sucrées sont plus fruitées, presque compotées. Si elles vous tenter pour l’argument santé, sachez que vous risquez simplement d’en manger plus. Alors autant faire comme ses grands-parents, on ne change pas une formule qui gagne.

Pour réussir sa confiture, toujours un peu de citron

Je compte un citron par kilo de fruits. Je mélange toujours le jus avec les fruits et le sucre dans ma bassine confiture ou dans ma cocotte. s’il y a enquêtant de citron qui tombe, ça n’est pas la fin du monde. Je ne fais pas exprès d’en mettre, mais au pire, s’il y a un accident de parcours, c’est le signe que c’est fait maison. Pour le goût, c’est aussi idéal. En effet, le citron vient trancher dans le sucré de la préparation.

réussir sa confiture

Avant la cuisson, un peu de patience

Une des astuces pour réussir sa confiture, c’est de laisser du temps aux saveurs. Il faut qu’elles se rencontrent, qu’elles se débarrassent de leur timidité pour montrer leur vraie facette.

En pratique, cela signifie que le mélange sucre, fruit et jus de citron reste au moins une heure dans la bassine, tranquillement. C’est comme ça que le sucre se mettra à fondre. La confiture aura une meilleure texture et des saveurs plus délicates.

Bassine à confiture ou cocotte classique?

Ma maman ne jure que par la bassine à confiture en cuivre. À tel point que même quand elle part en vacances, elle l’apporte avec elle. Elle peut voyager léger avec deux T-shirts en pantalon mais jamais sans sa bassine. On ne sait jamais. Imaginez qu’il y ait des figues au bord de la route. Quel drame de ne pas pouvoir les transformer en confiture et de devoir résister à ces tentations. C’est un risque qu’elle prendrait jamais de toute sa vie !

Même en voyageant en avion, il lui est arrivé d’emporter sa bassine. C’est une passion incontrôlable, que voulez-vous. Et je crois même qu’elle est un peu héréditaire…

Ceci étant, avec une cocotte classique, le résultat est également satisfaisant. L’avantage de la bassine, c’est que, comme elle est très large, elle permet de préparer des confitures plus rapidement. Le goût des fruits est encore plus fruité. A contrario, si vous avez le malheur de n’avoir que es plaques électriques, comme c’est le cas dans mon appartement, la cocotte-minute est à privilégier. La bassine en cuivre ancienne cabossée chauffe assez mal sur un support rigide comme celui-là tandis qu’il fait merveille sur de véritables flammes.

Cuisson de la confiture : à l’oeil ou au thermomètre?

Ma maman fait à l’oeil, bien sûr. Quand on a fait des confitures au moins cinq ou six fois, on y arrive également facilement. il faut que le mélange soit ébullition, que des bulles éclatent. C’est brillant, sirupeux. Confit donc avec une bonne odeur de sucre cuit.

Si vous avez un thermomètre, il faut arrêter la cuisson à 105°. sinon, mettez quelques petites assiettes réfrigérateur. Quand vous avez l’impression que la confiture est prête, mettez une goutte sur l’assiette bien froide et voyez si la texture vous convient. Si le oui, mettez dans les bocaux. Si non, prolongez un peu la cuisson et recommencez le test de l’assiette froide.

réussir sa confiture

Stériliser ses pots à confiture

Trois étapes. La première, bien laver ses pots à l’eau chaude et au liquide vaisselle.

Ensuite, faire bouillir de l’eau. Quand elle est à plus de 100°, couper le feu et à remplir les pots avec. Verser également de l’eau bouillante dans les couvercles. Laisser comme ça pendant que vous faites cuire votre confiture.

Quand elle est prête, vider l’eau des pots et des couvercles et les remplir de confiture. Bien visser les couvercles et retourner immédiatement les pots. Les laisser refroidir ainsi, la tête en bas.

Réussir sa confiture maison : des idées originales

Oui, vous pouvez bien sûr faire une confiture avec un fruit et du sucre. Mais vous pouvez également associer plusieurs fruits, ajouter des épices, des herbes.

Les possibilités sont infinies. Voici déjà quelques idées de confitures inventives, testées et approuvées.

Confiture de rhubarbe et fraise.

Avec 1 kg de sucre, 500 g de rhubarbe en tronçons, 500 g de fraises. Pour environ quatre à cinq pots de confiture. C’est le goût du début de l’été.

Confiture de fraise au basilic.

Également très bon avec de la menthe. là, je compte deux à trois cuillères à soupe d’herbes fraîches parking de fruits. À émincer finement et à ajouter dans la marmite une fois que la confiture est déjà cuite. Cela permet de garder les notes fraîches des herbes.

Confiture abricot et vanille.

Version luxueuse avec deux à trois grosses gousses de vanille par kilo d’abricots. Recette de Diana Henry et son génial livre dédié aux conserves. Délicieux sur de la brioche toastée et beurrée. Variante: abricot et romarin.

Confiture abricot et amande d’abricot.

Armez-vous de votre marteau pour réaliser cette confiture. Pour 1 kg d’abricots, il faut récupérer environ 10 noyaux d’abricots. éclater les noyaux au marteau pour sortir l’amande. Vous verrez, cela a la saveur de l’amande amère. Détailler les amandes en petits morceaux, et mélangez les au sucre et à l’abricot.

Que faire avec ses restes de confiture?

Vous savez, quand vous avez rempli tous vos pots, et qu’il reste à peine 3 ou 4 cuillères à soupe de confiture au fond de la marmite. Mon compagnon serait d’avis de le laisser tiédir et de le manger à la petite cuillère.

Si vous êtes d’humeur à cuisiner, vous pouvez aussi en profiter pour faire un pudding. Un bon pudding à l’ancienne. En plus, ça permet de liquider les restes de pain ou de brioche.

Il suffit de tartiner de confiture chaque tranche. Et ensuite, de faire un appareil : un oeuf pour 100 ml de lait ou de crème ou un mélange des deux. Si j’utilise du pain, je fais crème – lait. Là, la brioche est suffisamment riche pour n’utiliser que du lait.

Et hop, au four à 150 degrés pour environ 30 minutes. J’en ai profité pour ajouter quelques framboises. Mettez les fruits de saison qui vous font envie, si le coeur vous en dit.

Voir plus d'articles de Fanny Broissand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.