Ragoût d’agneau tibétain, souvenir d’un dîner sous la yourte

ragoût d'agneau tibétain

Ragoût d'agneau tibétain

Après les œufs tomate, voici le ragoût d’agneau tibétain, une seconde recette provenant de madame Lao Mao Cuo. C’est sous sa tente en yak que nous avions dormi. Sous une tempête de neige, à flanc de montagne. Entourés d’animaux. C’était l’hiver à Langmusi, Sichuan.
Le soir, nous étions tous au coin du poêle, pour se réchauffer face aux -19 degrés extérieurs. Madame Lao Mao Cuo a sorti une petite planche à découper en bois, une marmite et s’est mis à nous préparer ce ragoût tibétain.
Dans la recette originale, la viande utilisée provient d’un pied de mouton fumé et séché. La viande est sombre et très, très, très, puissante. C’est cependant la meilleure technique pour la conserver sans réfrigérateur (car il ne gèle pas toutes les nuits).
Madame Lao Mao Cuo coupait autant des morceaux de viande que des morceaux de gras. Le bouillon était intense, une saveur de ferme, de foin, très animale. Et aussi la fumée qui rappelait l’odeur du poêle, alimenté aux brindilles et aux bouses de yak séché.
Ce mouton fumé est cependant introuvable par chez nous. Il faut plutôt regarder vers le Grand Nord pour découvrir des ingrédients similaires: Islande, îles Féroé. Là où les conditions climatiques sont comparables.
Cependant, il s’agit plutôt d’un goût acquis qu’inné. Les palais occidentaux risquent de le trouver beaucoup trop fort, soyez prévenus.
Dans ce ragoût tibétain, j’ai donc tenté de conserver l’esprit de la recette, mais en l’adaptant aux ingrédients que l’on trouve – et que l’on apprécie – chez nous.
Il s’agira donc, au choix, d’agneau ou de bœuf fumé (pensez à la délicatesse de la viande des grisons). L’agneau, pour sa proximité gustative avec le mouton. Le bœuf fumé pour retrouver ces notes… fumées.
Le tout cuit dans un bouillon aux légumes, avec une pointe de sauce soja. Voici donc deux versions. La première, en image, qui est la recette originale, avec des pâtes fraîches maison. Et la seconde, en dessous, qui est la version de la vie quotidienne, à manger avec un bon pain.
La pâte lève tranquillement près du poêle
En pleine découpe de poivrons verts
Ragoût d’agneau tibétain : cette fois ci, avec tous les légumes
Dans la main, un peu de pâte, coupée en carrés qui sont jetés dans le bouillon fumant.
Et voila le résultat.

Envie de mieux connaître la cuisine chinoise? Voici les livres que nous vous recommandons

Ragoût d'agneau tibétain

Temps de préparation5 min
Temps de cuisson1 h
Temps total1 h 5 min
Portions: 2 personnes

Ingrédients

  • 2 oeufs
  • 4 càs huile neutre
  • 2 tomates en quartiers
  • 2 pommes de terre râpées
  • 1 poivron coupé en lanières
  • 300 g agneau en dés
  • 2 càs sauce soja

Instructions

  • Battre les oeufs dans un bol. Faire chauffer l'huile à feu vif dans une casserole. Verser les oeufs et faire frire.
  • Ajouter les tomates, les pommes de terre râpées ainsi que le poivron en lanières. Faire revenir cinq minutes.
  • Ajouter l'agneau et faire dorer quelques minutes de plus.
  • Couvrir à niveau d'eau puis ajouter la sauce soja. Laisser mijoter tranquillement pendant une bonne heure.

Notes

Astuce : pour une version rapide, ne pas mettre d'agneau et le remplacer par du bouillon d'agneau. Cuire vingt minutes et c'est prêt.
Voir plus d'articles de Fanny Broissand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.