Lille: Bloemeke, le nouveau restaurant de Florent Ladeyn

Un déjeuner au Bloemeke, le nouveau restaurant de Florent Ladeyn

Le Bloemeke est l’annexe du Bierbuik, nouvel établissement de Florent Ladeyn. Direction Rue Royale, au numéro 19, en plein quartier des bars.

Au rez de chaussée, le Bierbuik ou ventre à bière en VF. Là, on y déguste des petits plats canaille façon frites au maroilles.

A l’étage, la Bloemeke, la petite fleur. Une jolie cantine où la végétation est omniprésente. Formule facile : 25 euros pour entrée, plat, dessert et une boisson. Menu du jour où l’on ne choisit pas, et service en une heure.

C’est donc la petite soeur du Bloempot, son autre restaurant à Lille. Une version rapide pour bien manger sans forcément passer par la case 8 services et quatre heures à table. Parfait entre deux séances de cinéma ou pour ne pas dédier sa journée uniquement à la gastronomie.

Où manger à Lille? Retrouvez toutes nos bonnes adresses

L’entrée pourrait venir de Pologne. Spaghetti de betterave crue. Raifort. Cornichons fermentés acidulés Par dessus, un riche bouillon de bœuf, avec des notes de biscuit comme on en retrouve dans le ghee, le beurre clarifié indien. C’est tranchant et gourmand, canaille et printanier. Une belle entrée pour entamer doucement la transition vers le printemps.

On retrouve la touche Ladeyn à savoir la cuisson au barbecue, la saveur de fumée, de rôti. Le plat est une côte de cochon grassouillette comme il faut. Bords caramélisés. Avec des pommes de terre au pesto d’ail des ours. Une sauce tartare ronde et légère. Comme un repas du dimanche en famille, mais dans une famille qui reviendrait de cueillette dans les bois et aurait des talents culinaires hors pair.

Et pour la touche sucrée, en hommage aux bières brassées de la maison (mention spéciale pour la sour): un caramel de bière. Une glace à la chicorée. De la crème fouettée aérienne. Une pomme confite au barbecue.

J’aime l’Angleterre pour cet art des puddings, des desserts à manger à la cuillère à soupe. Pas chichiteux mais chaleureux. C’est souvent difficile d’en trouver en France où on se cantonne régulièrement à la tarte au citron ou au moelleux au chocolat. Mais pas ici. Voici un dessert au confort de l’enfance et aux saveurs maltées des boissons d’adulte.

Une chicorée torréfiée à la place du café et ce repas est clôturé. Avec une formule pareil, on en ferait bien notre cantine du déjeuner, encore un beau pari réussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.