7 beaux livres de cuisine familiale

How To Eat A Peach – Diana Henry – Editions Mitchell Beazley

7 beaux livres de cuisine familiale

Voici des livres qui sont là pour illuminer notre quotidien. Une belle cuisine familiale. Curieuse, ouverte et innovante, mais surtout là pour faire plaisir et nous accompagner tous les soirs de la semaine.

How To Eat A Peach – Diana Henry – Mitchell Beazley

Contrairement à Nigella Lawson ou Jamie Oliver, Diana Henry est encore assez peu connue en France et en Belgique. Et pourtant, quel dommage. Son dernier ouvrage est une ode à l’hospitalité. Ici, on ne prépare pas des recettes mais des menus. Chaque chapitre raconte donc un repas de l’apéritif au dessert, inspiré par un voyage, un lieu.

C’est une valse joyeuse, des propositions qui se suivent et s’équilibrent. Chez elle, l’été commence par une tarte aux abricots – qui conclut un repas fait de beignets de courgettes à la ricotta et au pecorino et d’un poulet rôti au citron. En hiver, on se promène dans le Sud-Ouest de la France, en dégustant une caille rôtie à l’aillade. Puis, le périple continue à New York, au Maroc ou dans le jardin, tout simplement. La lumière des photographies de Laura Edwards est particulièrement soignée, ce qui rend How To Eat A Peach encore plus précieux.

Découvrez également les colonnes de Diana Henry dans The Telegraph.

Home Made Christmas – Yvette Van Boven – Editons Abrams

Voici le petit dernier de la série Home Made faite par la journaliste culinaire néerlandaise Yvette Van Boven. Par rapport à tous les ouvrages consacrés à Noël, il sort de l’ordinaire par son approche inventive. Oui, l’esprit hivernal y est bien présent, mais pas de manière littérale. En pratique : vous aurez de la bûche. Mais elle sera à la meringue à la noisette. Garnie d’une crème au Frangelico et au caramel. Revivifiant.

Au rayon salé, il s’agit de préparer les produits de saison de manière festive et surtout, accueillante. Se retrouver autour de la table, discuter, échanger. S’organiser pour se régaler, certes, mais aussi profiter de ses proches. On aime le mélange d’influences européennes, comme une incitation à prendre l’Eurostar  entre Paris, Amsterdam et le Royaume-Uni.
Ne manquez pas la porchetta garnie aux herbes – noisettes – poivre de Sichuan, la terrine de lièvre à la pistache ou encore, l’impressionnant céleri rôti, entier, dans son jus aux agrumes.

Les boissons seront également parfaites tout au long de la saison froide : chocolat chaud au gingembre et marshmallows grillés, Negroni au pin et au genièvre ou advocaat 100% batave.

Honey and Co at home – Sarit Packer et Itamar Srulovich – Pavilion Books

Voici le troisième ouvrage du couple qui tient le restaurant Honey and Co, en plein Marylebone à Londres. Packer et Srulovich, passés par l’école Ottolenghi, proposent une cuisine aux influences anglo-israéliennes. Ici, le but est de recevoir, se retrouver autour de la table, ensemble.

Les recettes sont organisées par occasion : en tête à tête, pour le week-end, pour des petits groupes d’amis ou pour des grandes célébrations. La shakshuka verte aux épinards et à la menthe donne envie de se lever le dimanche matin. Puis, les mijotés ont la part belle. Les ragoûts et plats qui cuisent pendant des heures. Embaumant la cuisine avec des odeurs d’épices et d’affection. Pensez au ragoût d’agneau aux dattes medjool, aux cuisses de canard rôties aux clémentines et aux abricots.

Les desserts sont également à la hauteur. En hiver, voici un upside-down cake aux poires confites et au noix. Puis, le gâteau ricotta fraise est un appel à célébrer la belle saison.

Ce qui séduit, ce n’est pas seulement que les recettes sont vraiment appétissantes. C’est que Packer et Srulovich aiment manger. Cela transparaît à chaque page du livre, où on les imagine se régaler à la préparation, être heureux de (faire) déguster leurs nouveaux plats.

PS : Pour les amoureux de pâtisserie, regardez également Honey & Co – The Baking Book. Vous pourrez réaliser ces succulents cookies au chocolat et au tahine ou ce cake à l’orange intense.

Now & Again – Julia Turshen – Chronicle Books

En voici une idée qu’elle est bonne. Dans son deuxième opus, Julia Turshen invente la réincarnation de plats. Quand vous préparez un de ses menus, il est suivi d’un encart “It’s me again”. Là, on trouve des suggestions pour accommoder les restes et faire durer le plaisir plus longtemps. Avec le même esprit pratique, Turshen liste de joyeux usages pour les fonds de bouteilles.

Les menus sont organisés par saisons et célébrations, avec un esprit américain ouvert d’esprit. En automne, les propositions autour de Rosh Hashanah ont tout compris : Poulet aux patates douces et riz au safran, cake à la compote de pommes et glaçage au miel. Pour les fêtes, c’est audacieux. Un esprit de Noël juif (mais pas casher) avec des recettes inspirées par la Chine. Cela donne donc du poisson vapeur à l’ail et huile pimentée, ou encore du pak choy au sésame.

Puis, une fois le printemps de retour, le déjeuner vert est de rigueur : courgettes sauce green goddess, bar au beurre vert, puis cookies à la pistache.

Vous découvrirez aussi de belles idées pour pique-niquer. C’est une cuisine maligne et contemporaine. Qui a saisi nos envie : De l’inventivité accessible.

Yotam Ottolenghi – Simple – Ebury Press

La cuisine d’Ottolenghi mélange allégrement les saveurs d’Orient, d’Asie, d’Europe. Elle est vibrante, colorée. Dans ses précédents ouvrages, cela nécessitait parfois une liste d’ingrédients assez conséquente – notamment du côté épicerie du monde, pas forcément accessible en fonction de votre lieu de résidence.

Simple entend donc garder l’esprit Ottolenghi mais en coupant dans le gras, dans les étapes. Pas dénaturer, oh non, mais avoir un chemin de traverse pour les soirs de flemme, les week-ends où l’on ne veut pas courir les petites boutiques pour se régaler. Et il faut dire que c’est bien ficelé. Certaines recettes sont rapides à préparer, d’autres mijotent paisiblement. Puis, il y a celles qui nécessitent peu d’ingrédients : salade de carotte au yaourt et à la cannelle, betterave rôtie au citron confit. Celles qui se préparent en avance, comme le cornbread au cheddar, feta et jalapeño.

Enfin, une jolie catégorie pour ces plats qui tapent à l’oeil et sont pourtant faciles à réaliser. Retenez notamment le cheesecake au miel et au yaourt, avec une pointe de thym citron.

A nouveau, Ottolenghi sait nous proposer un livre qui nous accompagnera dans notre cuisine quotidienne, en l’illuminant. Nous avons adoré la purée d’haricots beurre garnie de poivrons confits à l’ail et au noix.

Sight Smell Touch Taste Sound – Sybil Kapoor- Pavilion Books

Voici un livre organisé de manière très particulière. Pour son dernier projet, Kapoor se plonge dans les techniques. Dans ce qui fait qu’un plat est réussi, sans parler uniquement du goût. Ainsi, il s’agit aussi d’apprécier le pouvoir de l’odeur d’un plat, les jeux sur les textures et températures ou l’esthétique qui donne l’eau à la bouche.

Grâce à une partie plus théorique, cela permet également de repenser ses propres classiques en prenant en compte ces considérations. À devenir un meilleur cuisinier. A oser innover, même au quotidien.

Les influences sont donc très éclectiques. Le safran et la cardamome se déclinent en crème caramel et en pudding pour varier les textures. La frittata aux pommes de terre et la tarte tatin aux prunes militent pour le retour du tiède. Puis, pour montrer l’impact des saveurs ajoutées en fin de préparation, on découvre aussi bien le labneh aux herbes fraîches que la banane flambée au rhum.

Une ode aux sens qui incite à prendre son temps quand on mange, pour encore mieux se satisfaire.

The NOMA guide to fermentation – Rene Redzepi et David Zilber – Artisan Publishers

Oui, un ouvrage du NOMA peut faire partie d’une sélection dédié à la cuisine familiale. Car ici, on explore les techniques ancestrales de fermentation. C’est un livre à la fois précis et pratique. Où vous aurez accès à toutes les explications scientifiques pour comprendre les processus qui permettent de conserver des aliments. Puis, de nombreux pas à pas illustrés y figurent. Cela permet de donner envie de se lancer. De suivre ses bocaux fermenter en regardant si les différentes étapes collent aux photographies d’illustration. De s’inspirer pour savoir comment cuisiner avec ses produits fermentés.

Le livre est organisé par méthode de fermentation : lacto-fermentation (prunes et miel attirent le regard), misos, sauces soja ou encore vinaigres – balsamique à l’ail noir, vinaigre au whisky. C’est donc tout un panel d’épicerie qui s’ouvre à vous.

NOMA saisit l’esprit nordique, danois. Cela n’est donc pas étonnant que les techniques asiatiques soient adaptées avec des produits que l’on peut facilement trouver sous nos latitudes.L’occasion de découvrir le Ryeso, un miso à base de pain de seigle, la sauce shoyu au café, ou le garum aux ailes de poulet, un concentré d’umami.

Voir plus d'articles de Fanny Broissand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.