Restaurant Sébastopol, Lille

Restaurant Sébastopol

1 Place Sébastopol - 59000 - Plats autour de 15-25 euros, entrées et desserts autour de 6-10 euros

Pari réussi pour Damien Laforce, le chef du restaurant Sébastopol. Avec son équipe, il arrive à concocter un menu qui change toutes les trois semaines, se focalisant sur les bons produits, et gardant un prix plancher tout à fait raisonnable.

Le chef est passé par la case Bloempot et cela se sent dans la justesse d’exécution et dans la beauté des gestes. Cependant, le style culinaire diffère. Il y a une appropriation personnelle du terroir nordique et une envie de faire plaisir.

En pratique, cela se traduit par un premier amuse-bouche qui aura réussi à me faire aimer la sardine, après de nombreuses années à goûter régulièrement puis passer mon tour. Prenez un oca du Pérou, un légume racine de la famille du topinambour, avec une chair compotée et l’extérieur aux sucs confits. Ajoutez-y une pointe de mayonnaise et une mini sardine toute douce.

En entrée, l’oeuf se sert poché, avec son jaune dégoulinant. Il joue à cache-cache sous des rondelles mandolinées de champignons de , dans son nid de purée soyeuse de topinambour. Canaille, ce plat se sauce avec réconfort.

A côté, l’épaisse tranche de porc se roule dans un poireau grillé. Surplombée par une salade de chicons, c’est une création qui joue sur le contraste entre la richesse de la viande et le croquant-amer des crudités.

En guise de pièce de résistance, la langue de boeuf est une réussite. Longuement braisée puis dorée, elle est d’une tendresse imparable. Sous son petit chapeau de carottes pourpres, on goûte toute la richesse des aromates, du jus. A côté, la purée devient aérienne, probablement grâce à un passage au siphon. Voici une plat de brasserie mais affiné, où tout l’inutile et le superflu sont coupés. Où tout est préparé au cordeau.

La daurade se sert avec du persil tubéreux, du blé et des palourdes charnues et iodées. Comme une promenade dans des champs qui surplomberaient la mer du Nord.

Passage par la case dessert. Ceux qui veulent que le froid hivernal revivifiant perdure prendront le dessert à la betterave. Betterave fumée, chocolat et sponge cake forment un trio chaleureux réconfortant. Rustique et délicate, assez peu sucrée mais gardant de la gourmandise, voici une assiette pleine de complexité.

Pour les autres qui ont hâte que le printemps montre le bout de son nez, voici la déclinaison autour de l’agrume. Sablé, crème au chocolat blanc, crème au citron, mousse aérienne orange citron. La beauté réside dans cette aisance à montrer les différentes facettes des agrumes. Certes, c’est acidulé, c’est zesté. Mais pas que. On goûte également la pointe d’amertume de la chair, la rondeur de l’orange et la légèreté du citron.

Addition finale, en prenant de (très bons) vins et un apéritif: autour de 50 euros par personne. Rapport qualité / plaisir / prix du Restaurant Sébastopol: excellent. Parole de voisins futurs habitués.

 

Tags from the story
Voir plus d'articles de Fanny Broissand

Que faire à Saint Gilles Bruxelles ?

Que faire à Saint Gilles Habiter à Saint Gilles, c’est être plutôt...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.