Londres : un repas au St John

Londres : un repas au St John Europe Le Voyage Royaume-Uni

Londres : un repas au St John
26 St John Street – Clerkenwell

Quelques jours avant notre départ pour Londres, nous allons sur internet voir le menu du St John. Assis sur le canapé. Des bougies sur la tables basse. Dehors, la nuit est tombée depuis un moment maintenant. Il pleut. Dans les plats il y a de l’anguille fumée au bacon. Depuis, nous avons envie d’en manger. Nous espérons qu’il y en aura quand nous irons.

Nous sommes aussi pressés d’aller manger notre repas au St John que nous le sommes d’aller à .

Vendredi 11 janvier. Deuxième journée à Londres. Nous arrivons au St John par de petites rues désertes. Passons derrière une église où poussent les premières fleurs de l’année. De petites fleurs roses. Traversons le marché au viande de Smithfield, mais il est terminé depuis plus d’une heure maintenant. Nous y croisons seulement quelques promeneurs.

Nous voilà dans la rue du St John. Il est en face de nous. Caché derrière une façade blanche. Une fois devant nous regardons la carte. Uniquement les plats. Il y a de l’anguille. De l’anguille fumée au bacon.

Nous entrons par ce qui ressemble à une porte de garage. Remontons un long couloir. Arrivons face à un bar. Dans une pièce lumineuse au très haut plafond. Une , un café. En face du bar, quelques marches, une porte. Le restaurant. Quand nous entrons une femme nous accueille. Une femme avec un magistral nuage blanc sur la tête, et un timide sourire de jeune fille de conte de fée. Une jeune fille de conte de fée qui aurait remplacé le prince charmant par des pieds de cochon. Qui pourrait lui donner tort?

Elle nous conduit à notre table.

Celle juste à côté des cuisines.

La salle est grande et blanche. Au sol le parquet est peint en blanc et sur les tables, il y a des nappes. Blanches elles aussi. Elles sont alignées en plusieurs rangées successives, comme à la cantine. Sur les murs il y a des crochets d’où pendouillent des manteaux et quelques casquettes en laine. Il n’y a des fenêtres que sur le mur du fond, assez loin des tables, et l’éclairage est léger. L’ambiance tamisée. A certains endroits, ceux où il y a le plus de passage, la peinture usée du parquet laisse apparaître le bois clair. Dans ressortent les tabliers rayés bleu et blanc des cuisiniers

Londres : un repas au St John Europe Le Voyage Royaume-Uni

 

Le parquet blanc

les chaussettes

rouges des serveurs.

 

Assis à notre table on se sent naturellement bien. De retour à la maison. Ce qui est d’autant plus remarquable que je n’y étais jamais venu. Je n’étais allé qu’au St John Bread & Wine, où le parquet n’est pas peint et les tables sont sans nappes.De notre place, nous pouvons voir un peu des cuisines. Les gestes d’un des cuisiniers. Les plats tout juste préparés. Ils restent quelques secondes sur le comptoir avant qu’un des serveurs ne les amène à l’une des tables. La tourte au faisan est ronde et dorée. Surmonté d’un os à moelle. Les choux fleurs gratinés. Le toast au crabe sensuel. Doucement massé avec le rond d’une cuillère à soupe. Les os à moelle plantureux. Qui brillent en passant devant nos yeux.

 

Avant de manger, je vais faire un tour aux toilettes et en sortant de la salle je vois Fergus. Fergus Henderson, le chef. Accoudé au bar dans un costume bleu marine aux rayures blanches, souriant derrière ses lunettes rondes. Il ressemble au héros d’un dessin-animé japonais. Dans ce dessin-animé il aurait un ami cochon. Un ami cochon qui se tiendrait debout, s’habillerait et parlerait comme un humain. Il porterait un costume. Bordeaux à carreau. Un chapeau en laine. Des lunettes rondes lui aussi. Après leur verre au St John, ils iraient se promener dans la forêt. Cueillir des champignons. Regarder le ciel, les arbres et les fleurs.

 

Une fois de retour à la table, les verres de vin sont arrivés. Puis les plats à partager. Nous nous servons, goûtons, sourions. En reprenons. Sauçons les assiettes. Ils ont tous le goût des bons plats de notre enfance. En meilleur. Même ceux que je n’ai jamais goûtés. Le cassoulet de mes parents. La purée de mon grand-père. Les premières profiteroles que j’ai mangées. La part de pudding que ma mère m’achetait parfois à la boulangerie en rentrant de l’école. La peau de cochon craque sous les dents, le potage de courge et de bacon fond dans la bouche. L’anguille fumée au bacon est servie avec une purée moelleuse. Tout paraît simple. Semble évident. Même les légumes verts ont le goût d’une balade dans la nature.

Londres : un repas au St John Europe Le Voyage Royaume-Uni

 

Peau de cochon

craque sous mes dents

résonne dans mes oreilles.

 

Sur les nappes

blanches

une tache de gras.

 

Dans la pièce blanche tout le monde sourit. Le couple deux tables à notre gauche. Le groupe d’amis installé derrière nous. L’homme seul dans le coin. Le très grand serveur. Nous sourions nous aussi. Après une dernière bouchée de bread pudding and butterscotch sauce au goût de bonheur, nous repartons.

 

Seul

à sa table

il mange un morceau de viande et sourit.

 

Fergus n’est plus au bar. J’espère qu’il passe un bon moment dans sa forêt, avec son ami l’homme-cochon. Dehors c’est le milieu d’après-midi. La rue est calme. Le ciel est gris.

Les cerisiers sont déjà en fleurs.

Vous allez visiter Londres? Retrouvez ici toutes nos bonnes adresses

Londres : un repas au St John Europe Le Voyage Royaume-Uni

Voir plus d'articles de Axel Clody

En route vers Hathersage, promenade poétique

Le soleil a fini de se lever et flotte dans le ciel...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.