Layalina, restaurant libanais à Lille

Layalina, restaurant libanais à Lille Europe France Le Voyage

Le restaurant Layalina est la bonne adresse pour manger libanais à . Ouvert depuis 1992, il fait partie de ces institutions tranquilles de la métropole du Nord. On y propose une cuisine familiale délicate, pour se croire à Beyrouth le temps d’un diner.

Restaurant Layalina

14 Rue d'Arras - 59000 Lille - Compter entre 15 et 30 euros par personne

La décoration fait très Wazemmes – Moulins et ne tombe pas dans l’excès de kitsch orientalisant. Quelques photos anciennes du Liban sur les murs. De grandes tables aux nappes blanches. De discrètes colonnades, avec des niches coloris aquatique. Quelques suspensions orangées contrastant avec le plafond pastel et blanc.

Au menu, des mezzes et des grillades. Plus vous venez nombreux, plus vous pourrez goûter de différentes spécialités. Voici le comble de la convivialité, cette valse d’assiettes, mises au milieu pour que chacun partage le même moment.

Ici, vous voyez la version à emporter – la photographie est donc de Layalina mais dans nos propres assiettes. Le baba ghannoujj est toujours un succès: crème d’aubergine fumée et tahine, c’est un indémodable des plateaux de mezze. Tout comme la salade fattouche, avec ses morceaux de pain pita frit qui viennent s’imbiber d’une sauce acidulée aux baies de sumac. L’harra, salade de poivrons bien relevés, se mange avec délice. Surtout accompagnée de kebbe.

Parmi les spécialités de viande, c’est la première que vous devez goûter. Si vous vouliez la préparer chez vous, cela vous demanderait une patience infinie.

Imaginez: une farce à la viande hachée, réhaussée d’une pointe de cannelle. Cette farce vient se cacher dans une couche de boulgour. Le tout est roulé pour former comme de minis ballons de rugby mais en plus pointu. Puis, touche finale, frire le tout pour avoir d’un côté, la couche croustillante du boulgour, et de l’autre, un coeur de viande tendre et parfumée.

Puis, parmi les spécialités de la maison, la plus éblouissante est le tajen: crème au sésame, oignon, fleur d’oranger. Ce plat est d’une finesse. Pas de tape à l’oeil ou d’esbrouffe, c’est de la délicatesse, un travail d’orfèvre.

A chaque bouchée, le plaisir est le même que lorsqu’on hume un parfait enivrant. Notes fleuries, souples, richesse aromatique. Voici toute la beauté de la cuisine du Liban en une spécialité.

Pour notre prochaine venue, nous prévoyons déjà de goûter le kebbe naye, à reserver la veille: comme un tartare libanais, en général fait avec de l’agneau, du boulgour concassé, et une pointe de menthe fraîche. Verdict à propos de la version Layalina à suivre.

Tags from the story
Voir plus d'articles de Fanny Broissand

Promenade dans la vallée du Célé, Lot

Dans le département du Lot, la vallée du Célé semble être une...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.