L’auberge de Nagu, Finlande

Lauberge de Nagu, Finlande Le Voyage Scandinavie + Pays Baltes

L’auberge de Nagu

Nous sommes les seuls, dans l’auberge de Nagu. Une maison en bois jaune à quelques pas à peine de la station-service où nous a déposés le bus. Nous sommes dans une petite chambre bleue sous le toit, avec deux lit une place, la tête contre le mur du fond, séparés d’une table de chevet. En face il y a une bureau et une armoire étroite en bois foncé, avec un miroir sur la porte.

Les chambres sont aux deuxième et nous avons tout l’étage pour nous. Le couloir, le frigidaire, la théière et les trois salles de bains. Je suis allé dans chacune d’entre elles. Sans savoir vraiment pourquoi. Je pouvais aller dans des salles de bains différentes alors c’est ce que j’ai fait. Les trois étaient pratiquement identique mais il y en a une que je préférais, alors finalement c’est dans celle là que j’allais. Le sol était complètement gelé dans l’allée conduisant à la porte d’entrée, deux ou trois mètres à peine, et ça nous prenait quelques minutes à chaque fois qu’on rentrait ou qu’on sortait.

Nous avons vu la propriétaire de l’auberge de Nagu le midi, quand nous sommes arrivés.

Puis nous l’avons revue le matin quand nous sommes repartis. Il faisait beau et entre temps, elle a fait du kayak. Elle en fait dès qu’elle en a l’occasion. Nous avons été chanceux, en ce qui concerne la météo en tout cas. Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas eu une belle journée ensoleillée. Cette année l’hiver est long et gris. Pendant le petit déjeuner – concombres tomates jambon cornichons, muesli lait yaourt confiture, jus d’orange et café – elle était assise dans une pièce juste à côté.

Une pièce avec un bar et un fauteuil en velours rouge. Le petit déjeuner se prenait lui dans la verrière, sous le soleil matinal, avec des nappes fleuries posées sur de petites tables carrées. A plusieurs reprises elle est venue nous parler. Nous a demandé ce que l’on faisait d’où l’on venait. D’où l’on arrivait où l’on allait après. Ce que l’on avait fait à Nagu. Elle nous a aussi demandé ce que l’on faisait ici à cette période de l’année. On lui a répondu que l’on aimait voyager hors saison. Que c’était calme. Sans touriste. Rien d’autre que la ville et les gens qui y habitent. La vie quotidienne. L’ordinaire. Mélancolique aussi.

Lauberge de Nagu, Finlande Le Voyage Scandinavie + Pays Baltes

Lauberge de Nagu, Finlande Le Voyage Scandinavie + Pays Baltes

Elle aime les voyageurs qui viennent hors saison.

Pour commencer il n’y a pas grand monde alors elle peut leur parler. Elle en a le temps. Comme elle le fait avec nous maintenant. Elle aime rencontrer des gens différents, écouter leurs histoires. A l’automne, un Italien avait réservé pour une semaine complète. Quand il fait noir. Que le soleil ne se lève plus. Elle pensait que c’était une erreur mais le moment venu il est bien arrivé. Un jeune Italien avec des cheveux mi longs bruns et bouclés, et un vieux jeans délavé. Un gondolier de Venise . Il en avait assez du monde, du bruit de tous les touristes, alors il a pris la destination la plus lointaine la plus isolée qu’il ait trouvée.

Elle en parlait avec un sourire sur le visage et une lumière dans les yeux. Il allait se promener et il dessinait. Tous les jours pendant une semaine. Puis il est retourné à Venise, à sa gondole. Retourné vers le monde, vers le bruit.

Après l’histoire du gondolier elle nous a proposé de venir voir son bar à absinthe.

La pièce d’à côté. La pièce au canapé en velours rouge. Une pièce carrée, avec une fenêtre en face de la porte, un bar avec un miroir dessus, des rangées de verres derrière et un canard en céramique posé sur le comptoir.

Elle fait de la céramique mais ce n’est pas elle qui a fait le canard. Ni les deux grands chiens blancs posée sur l’armoire. Elle fait plutôt des vases. Il y en a quelques uns qui traînent dans le garage. Ce n’est pas une activité qu’elle fait tout le temps. Elle fait de la céramique pendant plusieurs années, arrête quelques années ensuite, et reprend à nouveau.  Elle aime l’absinthe. Son ami Français lui en rapporte, ainsi que d’autres alcools. Du vin, du Ricard. De la Suze, du Grand-Marnier. Elle n’habite plus sur l’île de Nagu depuis plusieurs années maintenant. Mais sur la petite île d’à côté. L’été venu, il y a trop de touristes et l’île n’est plus la même. La population s’y maintient.

Les jeunes partent pour faire leurs études, mais souvent ils reviennent y vivre plus tard. Avec un de leurs vieux camarades de classe. C’est assez romantique. Assez triste aussi. Mais l’été il y a quand même autant de touristes que d’habitants à Nagu. Si ce n’est plus. Sa fille, elle, n’y vit pas. Elle habite la grande ville de Turku. Ça la fait sourire quand elle a dit “grande ville”. Un sourire ironique. Il y a beaucoup de Suédois à Nagu. Ou de descendant de Suédois. D’ailleurs le cimetière est rempli de stèles aux noms Suédois.

Lauberge de Nagu, Finlande Le Voyage Scandinavie + Pays Baltes

Lauberge de Nagu, Finlande Le Voyage Scandinavie + Pays Baltes

Elle aime sa petite île qui n’est pas Nagu.

Sa petite maison est juste au bord de l’eau. Elle peut y faire du kayak dès qu’il fait beau. Elle a un petit bateau et elle peut naviguer quand l’envie lui prend. Une fois elle avait laissé un de ces pains noirs que mangent les Scandinaves sur le bateau, ce pain noir que l’on aime aussi, délicieux avec du concombre et une tranche de saumon. Elle l’avait retrouvé plusieurs mois plus tard et il était encore très bon. Un peu sucré. C’est une femme des environs qui le fait. On peut le trouver au supermarché juste à côté. En face de la station-service. Dans un étui en plastique transparent, avec une étiquette blanche, sur laquelle il est écrit en noir. Fanny voulait justement en ramener. Pour en manger quand on sera de retour en . Pour se croire le temps d’un repas de retour en Finlande. Un week-end loin des jours de travail.

L’heure arrive où nous devons repartir, prendre le bus. Nous quittons le bar à absinthe, la verrière au soleil matinal, notre petite chambre bleue, notre étage, nos trois salles de bains, l’auberge Lanterna, l’allée gelée. L’île de Nagu. Mais pas avant d’avoir acheté un des ses pains noirs fabriqué dans les environs. Fanny va le chercher au supermarché, j’attends le bus devant la station service. Le chien qui était assis sur un banc bleu devant l’entrée quand nous sommes arrivés n’y est plus. Le bus arrive en avance. J’achète les billets, mets le gros sac dans la cale. Fanny est de retour avec le pain, nous montons et filons.

De retour vers Turku.

Lanterna Hotel – Parkvägen 5, 21660 Nagu, Finlande

Lauberge de Nagu, Finlande Le Voyage Scandinavie + Pays Baltes

Voir plus d'articles de Axel Clody

A la recherche des phoques de Berck

Aujourd’hui nous ne travaillons pas, alors nous allons à Berck, puis dans...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.