Faire du football à Fives, Lille

Faire du football à Fives, Lille Culture + Livres France Le Voyage

Faire du football à Fives, Lille

Tous les mardis soirs depuis un peu plus d’un an, je retourne faire du football à Fives, au stade où je jouais quand j’étais petit. Je prends le métro et je descends à la même station blanche et orange. À Marbrerie, dans la banlieue de Lille. Je prends la même petite rue pour arriver au stade. La petite rue aux petites maisons en briques et aux grands immeubles rose saumon. Je prends la même entrée et j’ouvre la même porte pour aller aux vestiaires et je m’assieds sur les mêmes bancs pour me changer.

Tous les mardis soirs depuis un peu plus d’un an, une camionnette verte était garée devant les grands immeubles saumon. À chaque fois je me disais qu’il fallait que je la prenne en photo avant qu’elle ne soit plus là et toutes les semaines j’oubliais. Finalement la semaine dernière j’y ai pensé, j’ai pris mon appareil et je l’ai prise en photo et depuis elle a disparu.

Malgré les travaux et les immeubles en construction, rien ne semble avoir changé. Malgré le nouveau bâtiment moderne à la forme bizarre, avec un filet contre la façade et des barreaux devant les fenêtres, tout semble pareil. Pareil qu’il y a quinze ans. Les tours sont les mêmes et les vieilles maisons sont les mêmes et le terrain est le même et les murs couverts de graffitis sont les mêmes et les toilettes sont les mêmes et les vestiaires sont les mêmes. Ils semblent avoir étés abandonnés la dernière fois que j’y suis allé étant enfant pour être rouverts depuis que j’y retourne. Le ciel semble toujours le même lui aussi. Le même que je regardais quand j’avais dix ans et que j’y venais quatre fois par semaine, toute l’année sauf l’été.

 

Faire du football à Fives, Lille Culture + Livres France Le Voyage

 

Perdu dans mes pensées
mes pieds me conduisent
jusqu’à la station de métro.

 

Comme les feuilles d’automne
balayées par le vent
mes pensées s’entremêlent s’éparpillent.

 

La petite fille
lit en marchant
s’arrête et court rattraper sa mère

 

Faire du football à Fives, Lille Culture + Livres France Le Voyage

 

Contre cet arbre
je vais pisser
et effraie monsieur rat.

 

Dans le vestiaire
où je me changeais déjà
quand j’avais dix ans
je me remémore de vieux souvenirs.

Paolo, Yohan,
Kevin où êtes-vous ?
Florent déjà
dix-sept ans que tu es mort.

 

Faire du football à Fives, Lille Culture + Livres France Le Voyage

Tags from the story
Voir plus d'articles de Axel Clody

En route vers Hathersage, promenade poétique

Le soleil a fini de se lever et flotte dans le ciel...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.