Dégustation de champagne Piper Heidsieck

Il y a déjà quelques semaines, j’ai été invitée à une dégustation de champagne Piper Heidsieck, le genre d’événement qui ne se refuse pas. En effet, tout un chacun a déjà bu du champagne dans sa vie, mais en boire huit différents pour expérimenter les goûts qui varient en fonction des années ou des cuvées, ça c’est beaucoup moins fréquent.Puis il faut admettre, je n’ai pas l’expérience ni la mémoire gustative que certaines personnes peuvent avoir: Si je bois un champagne ou un vin le premier jour du mois, et un autre cru en fin de mois, je ne saurais pas les comparer, ayant oublié les saveurs qui font la différence entre deux cuvées.
Par contre, une fois ce travail (si l’on peut dire) de dégustation fait, d’avoir ressenti les arômes les uns après les autres, ça y est, c’est gravé et même plusieurs semaines après, je peux reconnaitre les différentes gammes.
J’ai l’impression que nous, non professionnels, on fonctionne tous plus ou moins de la même manière, également pour d’autres produits comme (oh la dégustation chez Laurent Gerbaud) ou le fromage, non?
Ce qui me rappelle un dégustation de différents type de roquefort, avec des goûts allant du miel doux à la noisette fumée puissante, amplitude impressionnante, mais c’est encore une autre histoire…

Mais d’abord un petit mot sur le cadre. Le rendez vous était pris à l’hôtel Wielemans, dans le quartier du Châtelain. Une maison de maître décorée de manière orientale, avec ces carreaux maures, comme ceux qu’on peut trouver au Maroc, en Andalousie ou dans la maison de mes grands parents en Espagne ; ) Tout ça pour dire que c’est beau, très beau. Rien que le lieu vaut le détour.

Dégustation de champagne Piper Heidsieck Boissons + cocktails
La marque propose deux cuvées de champagne, la Piper et la Charles Heidsieck. Petite débutante que je suis, j’ai été soufflée par les différences que l’on peut y trouver. Couleurs, arômes, on ne parle définitivement pas de la même boisson.En effet, le chef de cave, Régis Camus – ci dessous en photo, nous a expliqué le travail fait par la maison pour avoir deux lignes distinctes, avec leurs identités propres.
La ligne Piper, que l’on pourrait résumer en quelques mots: Léger, floral, goûtant les jeunes fruits (poire croquante) avec quelques pointes d’agrume. Le champagne que l’on boit en apéritif rafraichissant, pour raccourcir le propos.Ainsi que la ligne Charles, qui elle est plus synonyme de fin d’été, quasi automnale, avec une teinte plus profonde. Les saveurs sont celles de fruits secs, dattes, amandes, et compagnie. Très ensoleillé. En fonction des années, on peut y trouver des parfums de mirabelle, des tonalités épicées, ou même un côté brioche beurrée. Là, c’est le champagne pour boire au coin de la cheminée.
Enfin, je dois dire que c’est cette ligne qui a retenu mon attention, donc peu importe les occasions et la météo, c’est à celle ci que je reviendrai.

Dégustation de champagne Piper Heidsieck Boissons + cocktails

Puis, en parallèle à une dégustation en comparant les gammes, nous avons fait une dégustation en comparant les millésimes. Et nous avons fini sur les gammes champagne rosé, qui elles penchent plus du côté du pamplemousse rose, de la clémentine, de la mandarine pour Piper, et plutôt fruits rouges, fraise des bois, confiture pour Charles Heidsieck.
Cela m’a également permis de connaitre quelques bases de accords mets-champagne. Par exemple, monsieur Marcon nous disait qu’il y avait deux “stratégies”: Soit une boisson en osmose avec le plat, qui va rapprocher les saveurs, soit une version un peu plus “sur le fil”, en créant un contraste entre ce que l’on mange et ce que l’on boit, que ça éclate en bouche. Peut être un peu plus risqué mais quand ça marche, c’est le bonheur.
Quelques suggestions en vrac: Tarte aux fraises avec la ligne Charles / Blanc des millénaires et roquefort / et à vous de trouver celles qui vous conviennent ; )J’ai également retenu qu’on ne juge pas une maison de champagne sur un millésime, mais sur son brut sans année. En effet, c’est là qu’on voit la régularité, et le vrai goût de la maison, et non pas le goût d’une année sèche ou pluvieuse. Plutôt logique, mais je n’y avais jamais réfléchi avant.
En bref, ce gut une journée de dégustation de champagne vraiment gourmande et instructive.
Voir plus d'articles de Fanny Broissand

Jelly à l’écossaise

Jelly à l’écossaise A défaut de pouvoir s’envoler pour Edimbourg, voici une...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.